Work in progress de Gilles Picarel, l'expérience des-astres

Dans la douceur du jour, fin 2018, s’est ouvert l’abîme : l’abandon abrupt de S., le rejet, la négation violente, pourtant banale, de ce qui semblait un nous. Désormais la solitude s’invite, elle s’impose comme nouvelle aire de je. L’invasion du néant marque le corps vécu. Alors démarre le dialogue, le huis clos avec avec soi-même.

Ce projet est un essai, une tentative d’arpenter des chemins difficiles et arides afin d’écrire son cri, le produire, le créer, lui donner une forme et en faire des images — au risque qu’il soit silencieux.

Je conçois ce projet en terme de transmédialité. Je vais entremêler et mettre en tension réalité et fiction — réel inventé. Ce récit de vie, je le souhaite à la fois révélant et transformant, afin de faire advenir un sens et d’opérer un déplacement. Je veux tendre vers l’avènement d’un monde nouveau, produire une renaissance — une reprise créatrice.

 

Carnet artistique de gilles picarel, work in progress